Fourgon de secours routier Camiva sur Renault JP13

Renault

À l’origine prototype de couleur jaune de la société savoyarde Camiva, cet engin de secours routier à la fois unique et original a été utilisé pendant plus de vingt ans par les sapeurs-pompiers de Valognes.

24,90
- +
  • Miniature à l'échelle 1/43
  • Matières : métal et plastique injecté
  • Détails soignés
Qualité certifiée
Paiement sécurisé
Expédition sous 24H

Description

Dans les années 1970, pour faire face à un nombre croissant des accidents de la circulation, les services départementaux s’organisent. Certains créent des engins dont l’équipement servira de base à la norme des véhicules de secours routier. D’autres décident de doter toutes les voitures de secours d’urgence aux asphyxiés et blessés de matériel de désincarcération. Ils sont chargés à la demande et acheminés dans des camionnettes, suivies bien souvent par des fourgons-pompes tonne, assurant ainsi la sécurité incendie mais également pour disposer du personnel nécessaire pour mettre en œuvre le matériel. Une dizaine d’années plus tard, c’est à la demande de la Commission technique fédérale que le lieutenant-colonel Moureau dirige un groupe de travail en vue de normaliser les engins de secours routier. L’étude qui est rendue à la CTF montre un parc des moyens de secours français très hétéroclite. Les sociétés occupant le marché dans le domaine des outils et des quelques engins fabriqués en usine sont Bemaex, Gallego et Libervit. Quatre années sont nécessaires pour finaliser la norme qui paraîtra en octobre 1989. Les engins sont classés en deux catégories définies par les normes NFS 61 571 et NFS 61 572. Depuis cette norme, le secours routier a encore évolué. Dans les années 1990, on va voir apparaître de nouveaux engins, nommés fourgons-pompes tonne secours routier. Ces engins offrent les capacités d’un engin-pompe et d’un engin de désincarcération.

Au début des années 1980, les sapeurs-pompiers de Valognes doivent faire face à un accroissement du nombre d’accident de la circulation sur la Route nationale 13. Cet axe qui relie Caen à Cherbourg traverse le secteur et est emprunté par les importants convois de déchets radioactifs qui rejoignent le centre de retraitement de la Hague. Une dotation de matériel de désincarcération – à l’instar des dix lots mis en service après l’accident de train de Vierzy en 1972 – est effectuée au centre de secours de Valognes et transportée par une simple camionnette. À la recherche d’un engin plus performant, le chef de corps de l’époque, le commandant Coëpel, propose au maire de la commune d’acquérir un prototype réalisé par la société savoyarde Camiva. Réputée pour la réalisation de ses engins d’incendie, la firme décide d’augmenter son panel d’offre en proposant des engins de secours routier, en utilisant une conception voisine de celle réalisée pour les fourgons-pompes tonne qu’elle maîtrise. Mais la plus grande particularité de cet engin reste la couleur et les moyens de signalisation sonores et lumineux. En effet, à cette époque, de vifs débats ont lieu dans la profession sur la couleur applicable aux carrosseries des engins d’incendie. La couleur jaune est présentée comme la couleur la plus visible sur le domaine routier.

Le fourgon de secours routier de Valognes officiera sur le secteur du centre de secours principal et sur les secteurs voisins durant près de 22 ans.

Objet de collection pour adulte.

Source : Collection Camions et Véhicules de Sapeurs-Pompiers Hachette Collections

caractéristiques techniques

  • Echelle : 1/43
  • Couleur : Jaune
  • Matière : Métal, zamac et plastique injecté
  • Marque : Renault
  • Pays : France

Avis clients

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Ajouter un commentaire

En vous inscrivant, vous consentez à transmettre vos coordonnées à Hachette Collections (Responsable de traitement/ DPO 58 rue Jean Bleuzen 92170 Vanves) pour votre abonnement aux newsletters Les Introuvables Hachette Collections et de ses partenaires, si vous y avez consenti. Elles sont conservées pendant toute la durée de votre abonnement. Vous pouvez demander l’accès, la rectification, l’effacement, l’opposition, la portabilité ainsi que définir les directives post mortem de vos données auprès de : Hachette Collections – 59893 Lille Cedex 9 ou par email en cliquant ici. Vous pouvez adresser une réclamation à l’autorité de contrôle.

Pour en savoir plus, consulter notre Charte Données personnelles